«

»

Sep 25

Imprimer ceci Article

2e rencontre et 1er entretien avec le Brig Fernand HAUGUSTAINE

Le samedi 6 septembre 2014, nous recevions le Brig Fernand Haugustaine (95 ans) pour la deuxième fois au Musée du Fort d’Aubin-Neufchâteau et lors de cette entrevue, nous avons eu l’occasion d’interviewer notre vétéran.

 

Nous vous livrons donc ci-dessous la 1e partie de cet entretien.

Le Sdt Mil Haugustaine commence son service militaire au début de janvier 1939 et est affecté directement au RFL (Régiment de Forteresse de Liège). A cette époque, il n’y avait pas de Centres d’Instruction, il a donc suivi sa formation directement au Fort d’Aubin-Neufchâteau. Les cours se donnaient dans les baraquements en bois de la caserne pied de paix du fort qui se trouvait à quelques centaines de mètres dans la prairie bordant le fossé Nord-Est. Deux instructeurs étaient affectés à leur formation, les Mdl Louis et Cotton ainsi que l’Adjt Cloos qui était très strict et sévère. Il n’y avait pas d’officier-instructeur et certainement pas celui que notre ami Fernand appelle affectueusement « Quèquette » le SLt Modave. L’instruction portait principalement sur les obus, les canons, le matériel du fort. Pendant cette période de formation, ils ont eu une période de tir au canon et au fusil à Léopoldsburg.

Le commandant du fort était le Capt-Cdt d’Ardenne. Aux dires du Brig Haugustaine, c’était un excellent officier, très compétent dans son travail mais c’était aussi un homme charmant et un chic type très humain. Il nous raconte alors l’anecdote suivante d’un soldat verviétois qui était retourné chez lui un soir et n’était pas rentré au fort le soir pour 22h00. En rentrant le lendemain matin, il passe au rapport du commandant et lui explique qu’il s’est brûlé à un pied avec de l’eau chaude. Le Cdt d’Ardenne lui demande de lui montrer sa blessure et entreprend aussitôt de lui refaire le pansement avec tout ce qu’il fallait pour soigner cette brûlure.

Comme il suivait des cours du soir pour être ingénieur technicien, Monsieur Haugustaine a aussi suivi une instruction spéciale de brigadier. Afin de suivre ses cours à Verviers à l’école de Séroule, Fernand quittait le fort à 18h00 et se rendait à Verviers en vélo par les petites routes via Battice et rentrait à Aubin toujours en vélo pour 22h00. Le voyage retour était certes plus pénible que le voyage aller surtout avec les vélos et les routes de l’époque mais le Brig Haugustaine était jeune (20 ans), sportif et plein d’allant et surtout très motivé par ses cours d’ingénieur.

Revenant sur son instruction, Fernand nous signale qu’il n’y avait pas de cours dans le fort proprement dit, tous se donnaient dans la caserne extérieure. Il y avait régulièrement des séances de drill et cela plaisait énormément à Fernand car comme brigadier, il commandait les séances de drill de sa section. Dans la caserne de « surface », les chambres étaient prévues pour 18 hommes. La solde à ce moment était de 1,30 francs par jour pour les soldats et de 2 francs par jour pour les brigadiers.

Dès que les rumeurs de guerre ont commencé, le Cdt d’Ardenne fit rentrer tout le monde dans le fort et tous logeaient alors dans la caserne souterraine, les chambres de la troupe étaient des chambrée de plus de 50 hommes avec des lits superposés en 3 étages. Ils passaient leurs temps libres à jouer aux échecs ou aux cartes (belotte, bridge,…). Pendant toute cette période d’incertitude, ils logeaient par petits groupes à Haccourt près de Visé où se trouvait la zone de repos pour le Fort d’Aubin-Neufchâteau. Les repas au fort étaient simples mais bons voire très bons. Ils avaient régulièrement du poisson et des frites. Le moral était bon parmi la troupe, les miliciens vivaient un peu dans l’insouciance de leurs 20 ans. Il y avait une bonne ambiance au sein de la garnison.

Durant ces mois passés dans le fort, ils eurent l’occasion de le visiter dans le détail, blocs d’artillerie, casemates et tous les différents locaux, ceci afin de se familiariser avec leur nouvel environnement et d’ainsi connaître le fort et son dispositif dans leur moindre de leurs détails. Il y régnait un sentiment de sécurité car l’ensemble se trouvait 30 mètres sous terre. Au moment de l’occupation permanente du fort, la construction en était terminée depuis un certain temps, plus aucun ouvrier ne se trouvait à l’intérieur du fort.

Encore une légende qui s’éteint puisqu’il était dit que la construction du fort a pris fin avec le début des combats.

Monsieur Haugustaine nous signale qu’il était de la levée de 1939 et qu’il aurait normalement dû être démobilisé en juillet 1940 … . Quand il a commencé son service, certains miliciens de la levée de 1938 étaient toujours présents et ont ainsi fait quasi deux levées. Les rappelés étaient issus des levées de 1936 et 1937.

Le Brig Haugustaine était vérificateur des munitions dans le bloc BII. Il ne se trouvait pas dans le magasin mais réceptionnait les munitions à la sortie du monte-charge, les vérifiait et les envoyait vers les canons 75 mm. Le bureau de tir donnait les informations aux coupoles, distance, direction, type de munition, charge, type de fusée et réglage de celle-ci. Les munitionnaires assemblaient les différentes parties de la munition, la plaçaient dans un chariot dans le monte-charge et le Brig Haugustaine les vérifiait et dès que le canon était prêt, il faisait feu dans la direction indiquée. Fernand nous rappelle que pour régler la direction du canon, le secteur de tir était divisé en millièmes, ce qui était nettement plus précis que le système sexagésimal en degrés, minutes, secondes. Un tour complet représentait 6400 millièmes. C’est toujours ce système de division qui est utilisé à l’artillerie actuelle ainsi que pour les mortiers.

Dans la nuit du 7 au 8 mai 1940, nous étions dans la caserne souterraine, nous témoigne notre vétéran. Le 10 mai vers 04h00 du matin, branle-bas de combat et le premier coup fût tiré dès le début des hostilités.

Dans ses souvenirs, notre brigadier nous témoigne que ce premier coup tiré par BII l’a été sur des troupes allemandes pénétrant en Belgique. Il nous signale que les canons de 75 mm du fort étaient très précis et cela dû au fait qu’ils étaient très stables au sein des coupoles. Il nous narre alors l’anecdote du tir sur une ferme dans la vallée de l’Abbaye de Val-Dieu où se terrait une unité allemande. Ils effectuèrent un premier tir et les 20 obus sont tous tombés au même endroit. L’observateur leur a demandé de recommencer le tir mais en méthode ratissage c’est-à-dire en changeant le pointage de direction après chaque obus de quelques millièmes afin de balayer toute la surface de la ferme et cela fut probant.

L’aumônier passait régulièrement dans les différents postes. C’était vraiment un chic type, toujours à l’écoute des soldats mais il ne nous distribuait pas de l’eau bénite sous-entendu du Pèkèt. Le BII a subi une attaque d’un Stuka qui a causé des dommages aux vérins de la coupole mais la coupole était toujours utilisable et capable de tirer. En règle générale se souvient notre brigadier, ils n’entendaient pas les coups d’artillerie tirés sur le fort par les batteries allemandes par contre l’explosion des bombes de Stuka faisaient trembler tout le fort et étaient clairement ressenties par tous. A un moment donné se souvient encore notre cher défenseur, un canon de 75 d’une des coupoles fut endommagé et le Cdt d’Ardenne en aurait commandé un neuf et aurait demandé qu’on le parachute sur le fort mais il n’arriva jamais. Cette anecdote fit sourire notre brave monsieur Haugustaine. Le 20 mai entre 14h00 et 15h00, le fort de Battice tire sur le fort d’Aubin car des allemands ont pris pied sur le sommet du fort afin d’y placer des charges suivant les dires et souvenirs de notre ami Fernand. Battice tirera avec ses canons de 120 et 75 et mettra l’ennemi en déroute.

Le Brig Haugustaine connaissait bien le Brig Jean Denis qui a trouvé la mort à la casemate C2. Il était affecté à un canon ATk de 47 et lorsque celui-ci a explosé, la surpression a tué les deux servants le Sdt Straetmans Joseph et le Brig Jean Denis. Comme Fernand, Jean était originaire de Verviers où la famille résidait rue d’Ensival non loin de l’atelier de ferronnerie du père Haugustaine. Un autre originaire de Verviers et du quartier de Pré-Javais, c’est le soldat Defourny qui travaillait à la salle des machines.

D’après les souvenirs de notre brigadier, la reddition du fort, le 21 mai 1940, s’est faite à l’instigation du Cdt d’Ardenne qui a pris la bonne décision. Le fort était à court de munitions mais les pièces étaient encore capables de tirer. De plus, une information capitale à ce moment est arrivée aux oreilles du commandant, les Allemands s’apprêtaient à placer des charges sur le fort afin de le faire exploser et d’ainsi enterrer les défendeurs sous les décombres. Afin de préserver la vie de ses hommes le Cdt d’Ardenne sortit le drapeau blanc et ce fut la reddition du fort. Les défenseurs sont sortis l’arme à la bretelle entre deux haies de soldats allemands. Le commandant donna son sabre au Colonel allemand commandant les troupes d’assaut et celui-ci le lui rendit en signe de sa bravoure et de celles de ses hommes lors de ces 11 jours de combats. Fernand nous rapporte encore l’anecdote suivante: le lendemain de la reddition, les soldats allemands et les prisonniers belges se sont rendus à Warsage où le colonel allemand fit tirer des salves d’honneur pour les victimes des deux camps. Monsieur Haugustaine insiste sur le côté « chevaleresque et noble » de cet officier allemand. Ensuite ce fut le départ pour la Hollande et le début de cinq ans de captivité.

Mais ceci fera l’objet d’un autre article que vous lirez bientôt car pour cette période-là le Brig Fernand Haugustaine a des souvenirs à la pelle et gageons qu’il se fera un plaisir de nous les livrer.

A bientôt pour « Les Souvenirs de Fernand ».

Lien Permanent pour cet article : http://fort-aubin-neufchateau.be/fr/2014/09/2e-rencontre-et-1er-entretien-avec-le-brig-fernand-haugustaine/