«

»

Mai 08

Imprimer ceci Article

Les débuts du Fort

LES DEBUTS DU FORT

Les travaux commencent le premier octobre 1936 à huit heures.

Le 15 octobre 1936 les recrues arrivent et sont casernées au casernement de surface qui est terminé et à la Compagnie Dépôt.

Au début la population est méfiante, la confiance s’établit par contact avec les anciens combattants et fleurs déposées aux monuments locaux.

Joyeuse entrée de la garnison dans le village se fait le 9.5. 1937  agrémentée par une fête à la salle du village.

Le 9 mai 1938 : la société de travaux public  « SOCOL » a terminé le gros œuvre et offre la statue de la «  SAINTE BARBE » aux artilleurs.

Il est à préciser qu’une grève générale a retardé la fin de ces travaux, la garnison a mis la main à la pâte pour terminer le bétonnage.

Une fête est organisée et la statue est inaugurée par le père abbé de Val-dieu, celle-ci est portée par une délégation de mineurs du charbonnage de trembleur sur un char construit par la société Socol et Jonet.

Ce char servit au transport des coupoles et pièces lourdes, il s’agit en fait d’une remorque de 28 tonnes tractée par un tracteur de 180 cv, la remorque est garnie d’un char représentant une coupole et un canon de campagne, elle se terminait par un dôme portant la « sainte barbe ».

Mineurs et soldats encadraient le dôme et la représentation d’une galerie de mine, car la

« sainte barbe » est aussi la patronne des mineurs.

Un match de football fut également organisé aux casernes de surface suivi d’un banquet en l’honneur des soldats, mineurs, anciens combattants, représentants de la firme SOCOL, autorités communale et religieuse.

Le baptême de la cloche « Jeanne » et « Odile » du bloc P fur réalisé par le Cdt. D’Ardenne.

Cette fête fut décrite dans la revue « Pourquoi pas ».

Une visite des installations de surface fut organisée pour les familles des militaires du fort.

Le fort organisa ensuite un grand bal pour terminer cette journée dans la salle du village.

10.04.1939, un samedi à 14H00, le roi Léopold est reçu par le Lt. Modave qui lui fit visiter le fort.

Les courtisans (ministres) demandèrent pourquoi il n’y avait pas d’eau dans les fossés, la réponse teintée de mépris fut la suivante :

En cas d’attaque on ouvre un robinet dans chaque fossés afin de les remplir !

Concernant les travaux, le personnel du fort se charge du montage de la salle des machines, les deux moteurs de 110 cv. Initialement installés sont remplacés par quatre moteurs de 130 cv.

Une prime de dix mille francs fut allouée au personnel ayant effectué ce travail.

Les travaux de la casemate C3 arrêtés suite à une grève furent continués par l’équipage de l’ouvrage qui se chargea du bétonnage sous les directives du génie et de la société SOCOL. Prime au personnel, travaux terminés.

Suite débuts du fort.

01.09.1939, état de guerre entre Allemagne, Pologne, France et Angleterre.

Les travaux prévus au fort suivant les crédits accordés sont terminés.

D’autres crédits sont accordés suite aux événements, ces travaux faits en toute urgence sont terminés quelques jours avant l’attaque, sauf le local réservé au carburant, l’alimentation en carburant se fera par fûts de 200 litres.

La ventilation non adéquate sera modifiée lors des combats par le personnel de l’ouvrage.

Les munitions sont en dotation complète, un mois de vivres, stock d’eau minérale en plus des deux puits qui donnent en suffisance.

09.05.1940, Fort mobilise avec 10 classes, le PC est occupé en permanence ainsi que la salle des machines, centrale téléphonique, radio, chirurgie, services généraux, garnison permanente.

Le fort est prêt à combattre dans les cinq minutes en cas d’alerte.

Le commandant arrive vers 13H30, les miliciens classe 40 rentrent dans le fort ce qui était entreposé dans les casernes de surface, les camions prévus pour emporter le mobilier et ce qui reste de matériel dans les casernes n’arriveront pas.

Les casernes sont prêtes à être incendiées.

Les équipes des pièces sont prêtes dans les locaux de détente, les gardes des entrées et service de guet sont renforcés.

Nombreuses fausses alertes.

Lien Permanent pour cet article : http://fort-aubin-neufchateau.be/fr/2013/05/147/